[ANNULÉ] Zed Yun Pavarotti + Jyeuhair

Concert

[COMMUNIQUÉ]

Compte tenu de l’environnement sanitaire général et des dernières mesures gouvernementales, nous avons le regret de vous informer que les concerts de Zed Yun Pavarotti en province (Saint-Etienne, Annecy, Lyon, Tourcoing et Caen) et à l’étranger (Bruxelles, Sion, Luxembourg) sont annulés. Vous pouvez demander le remboursement de vos billets auprès de votre point de vente d’origine.

ZED Yun Pavarotti

Influen­cé incons­ciem­ment par sa ville de Saint Étienne et son pas­sé minier, Zed Yun Pava­rot­ti construit sa musique comme un
wes­tern déser­tique. Invo­quant autant John­ny Cash que Famous Dex et ASAP Rocky, le jeune Pava­rot­ti éla­bore une mélan­co­lie
tech­nique avec un puzzle de pen­sées auto­ma­tiques, défi­nis­sant son iden­ti­té par petites bribes. Par­fois désa­bu­sé, sou­vent sar­do­nique, il erre dou­ce­ment dans son uni­vers peu­plé de corps bou­sillés, de pro­los mode anglaise et de freaks mi-gothiques. Ses comp­tines sur­réa­listes trans­pirent la recherche du suc­cès, de l’argent, de l’ascension sociale comme porte de sor­tie autot(h)unée. Mais elles ne sont pas une fin en soit, seule importe l’émotion qui dégage de son inter­pré­ta­tion comme Tom Har­dy qui voit rouge en pri­son dans Bron­son. Entier, laco­nique et poé­tique, Zed Yun Pava­rot­ti incarne com­plè­te­ment cette alliance folle entre la cloud trap actuelle et l’icône d’opéra pré­sent dans son nom. Ber­cé par la voix trans­per­çante du ténor Lucia­no, Zed y puise sa déter­mi­na­tion sans faille, son envie de tou­cher l’impalpable, le pré­cieux sans éti­quette. Comme le roi du contre-ut, Zed cherche la note sau­vage, celle qui rend unique.
Ins­pi­ré par l’image du vau­tour que tout le monde repousse mal­gré sa puis­sance, Zed Yun Pava­rot­ti fait par­ti de ceux qui pensent que les der­niers seront les pre­miers jusqu’à se tatouer le Grand Zero sur son visage. A la fois tout et rien du tout, Zed déso­riente ceux qui cherchent à le per­cer, usant de sa fougue impla­cable pour impo­ser sa marque ico­no­claste. Cos­mo­po­lite, il se nour­rit aus­si de l’esthétique des nou­velles égé­ries d’Europe de l’est, y trou­vant le mélange de vio­lence et d’étrange qu’il affec­tionne, entre ima­ge­rie du bloc sovié­tique et ultra-capi­ta­lisme débri­dé.

JYEUHAIR

Tête bien faite et tête bien pleine, c’est peu de dire que Jyeu­hair pos­sède les deux et sait en faire une force. Pro­duc­tions et textes soi­gnés, clips très per­son­nels, goût pro­non­cé pour
l’expérimentation, l’artiste de 23 ans insuffle à sa musique sa sen­si­bi­li­té en la nour­ris­sant de toutes les influences de son monde inté­rieur.
« J’ai com­men­cé à faire du son quand j’avais 13 ans. Je fais du hip-hop, mais j’aime expé­ri­men­ter par-des­sus tout ! Mon mor­ceau Ohjeez res­semble à ce qui se passe dans ma tête. J’aime par­tir dans tous les sens musi­ca­le­ment, et je veux pou­voir conti­nuer comme ça, même s’il fau­dra peut-être à un moment res­ser­rer les choses. » Car le touche à tout écrit ses textes, com­pose ses pro­duc­tions, ses pochettes d’albums, ses clips, danse, chante et rappe ! Arri­vé de la région pari­sienne en 2016 pour inté­grer l’école des Beaux-Arts de Caen, Jyeu­hair y rejoint éga­le­ment le col­lec­tif La Dose en 2017, avec lequel il sor­ti­ra un 1er EP solo « ANAMO » et fera ses pre­miers concerts. Et il se découvre un nou­veau talent !
Tem­pé­ra­ment calme et réser­vé au quo­ti­dien, Jyeu­hair explose sur scène et laisse libre cours à l’énergie qui l’habite. Une nou­velle corde à son arc, vite remar­quée par les salles et pro­duc­teurs de la région (il est sélec­tion­né aux Inouïs du Prin­temps de Bourges et a gagné le Buzz Boos­ter régio­nal), qui lui confie les pre­mières par­ties de Disiz, Guiz­mo ou Colom­bine.

Médias

Galerie

Le Cargö utilise des cookies pour vous offrir une belle expérience utilisateur et mesurer l’audience. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies dans les conditions prévues par notre politique de confidentialité.