Action culturelle

Public spécifique

Public en situation de handicap

Le Cargö pro­pose des temps de décou­verte, de pra­tique musi­cale ou de concerts aux per­sonnes en situa­tion de han­di­cap (PESH) afin de favo­ri­ser l’accès à la culture et d’apporter un bien-être par la pra­tique artis­tique. Afin de favo­ri­ser l’ouverture cultu­relle de ces per­sonnes et de leur inclu­sion dans le milieu social, les pro­jets s’appuient sur des temps de ren­contres avec des artistes et d’immersion dans la vie cultu­relle locale. Les temps d’ateliers ou de ren­contres per­mettent en effet de rompre avec le quo­ti­dien, d’amener un bien-être indi­vi­duel par la rela­tion à l’autre. L’accès à la culture pour tous étant au cœur des pré­oc­cu­pa­tions de l’association, Le Cargö pro­pose à ce public empê­ché et éloi­gné de l’offre cultu­relle, des actions spé­ci­fiques lui per­met­tant de s’exprimer et de s’épanouir.

Visites et parcours découverte

Le Cargö pro­pose régu­liè­re­ment à des struc­tures d’accueil de per­sonnes en situa­tion de han­di­cap des visites péda­go­giques et des par­cours décou­vertes per­met­tant de décou­vrir l’équipement et les musiques actuelles et de par­ti­ci­per à des ate­liers de pra­tique artis­tique.

Handizik

Le pro­jet Han­di­zik a été créé afin de per­mettre aux pen­sion­naires des struc­tures spé­cia­li­sées de Caen et du Cal­va­dos d’avoir un accès pri­vi­lé­gié au spec­tacle vivant. Né d’une col­la­bo­ra­tion entre Le Cargö et une musi­co­thé­ra­peute du Centre d’Accueil Médi­co Édu­ca­tif Spé­cia­li­sé (CAMES) de Grayes-sur-Mer, Han­di­zik a pour voca­tion d’offrir à des per­sonnes en situa­tion de poly­han­di­cap un accès pri­vi­lé­gié à un concert pri­va­tif. Fruit d’une réflexion com­mune entre les deux struc­tures, ce pro­jet a pour objec­tif de per­mettre l’éveil sen­so­riel et de favo­ri­ser un accès au plai­sir esthé­tique. Il déve­loppe la com­mu­ni­ca­tion par le biais de l’art ain­si que l’écoute, l’attention, la concen­tra­tion et encou­rage le déve­lop­pe­ment de l’imaginaire.

Sou­te­nu la pre­mière année de sa créa­tion par la Direc­tion Régio­nale des Affaires Cultu­relles (DRAC) de Nor­man­die, Han­di­zik mobi­lise depuis l’équipe du Cargö et les équipes soi­gnantes autour de la mise en place d’une pro­gram­ma­tion spé­ci­fique avec des condi­tions d’accueil adap­tées : horaires choi­sis en fonc­tion des contraintes des éta­blis­se­ments, accès aux véhi­cules de trans­port, condi­tions scé­niques adap­tées, lumi­no­si­té faible, inten­si­té sonore moindre, set musi­cal retra­vaillé par les artistes.

La pro­gram­ma­tion s’appuie sur des artistes régio­naux pro­fes­sion­nels ou semi-pro­fes­sion­nels en lien avec les actions d’accompagnement du Cargö. En condi­tion de rési­dence, ces artistes jouent en géné­ral le soir même pour un concert tout public. Leur inves­tis­se­ment sur ce pro­jet est entier : trans­mettre leur pas­sion et par­ta­ger un moment de ren­contre et d’émotion tou­jours très forte. En six ans, Han­di­zik a démon­tré sa per­ti­nence tant sur cer­tains aspects thé­ra­peu­tiques que cultu­rels, il a su créer un réel impact en faveur du bien-être des béné­fi­ciaires et a favo­ri­sé, pour ces publics spé­ci­fiques, une ouver­ture vers l’extérieur.

Public sous-main de justice

Le Cargö déve­loppe en col­la­bo­ra­tion étroite avec le Ser­vice Péni­ten­tiaire d’Insertion et de Pro­ba­tion (SPIP), et les éta­blis­se­ments car­cé­raux de Caen, des acti­vi­tés en direc­tion des déte­nus. Ces actions sont pour cer­taines sou­te­nues par le dis­po­si­tif du Minis­tère de la culture et de la com­mu­ni­ca­tion (MCC) Culture-Jus­tice. Ces pro­jets ont pour prin­ci­paux objec­tifs la sen­si­bi­li­sa­tion à cer­taines dis­ci­plines artis­tiques, le décloi­son­ne­ment et l’ouverture sur l’extérieur via la ren­contre avec des artistes, l’acquisition de cer­taines connais­sances et du « tra­vailler ensemble », un gain dans la confiance en soi.

Ateliers de pratique artistique dans le cadre du dispositif « culture-justice »

Des ate­liers de pra­tique artis­tique sont mis en place au centre péni­ten­tiaire et à la mai­son d’arrêt de Caen (quar­tiers hommes ou femmes) avec pour objec­tifs de faire décou­vrir les dif­fé­rentes esthé­tiques musi­cales des musiques actuelles, de pro­po­ser des ate­liers de chant et de musiques assis­tées par ordi­na­teur, de danse, de per­cus­sions, de mettre en place des concerts co-pro­gram­més avec les déte­nus, d’organiser des temps de for­ma­tion à cer­taines tech­niques du spec­tacle. Ces pro­jets sont menés avec des artistes accom­pa­gnés sen­sibles à ces pro­jets. Une res­ti­tu­tion finale ou un enre­gis­tre­ment du pro­jet per­mettent de gar­der une trace et de valo­ri­ser le tra­vail des publics en déten­tion.

Concerts en milieu carcéral

Afin de sen­si­bi­li­ser les publics en déten­tion aux musiques actuelles, des concerts et ren­contres sont pro­po­sés chaque année aux déte­nus du Centre Péni­ten­tiaire. Ces concerts offrent l’opportunité d’un temps pri­vi­lé­gié au sein de l’établissement péni­ten­tiaire en lien avec l’actualité musi­cale à l’extérieur, d’une paren­thèse dans le quo­ti­dien des déte­nus. Un temps de ren­contre avec les artistes est pro­po­sé à l’issue du concert. Le concert est éga­le­ment retrans­mis, en par­tie, dans les cel­lules grâce au club vidéo qui l’enregistre et le dif­fuse.

Public éloigné de la culture

En partenariat avec la CAF

Ce par­te­na­riat doit per­mettre de faci­li­ter l’accessibilité des publics des quar­tiers prio­ri­taires de la ville de Caen, d’accompagner les jeunes publics et les publics fami­liaux vers l’offre socio-édu­ca­tive et cultu­relle. Ce par­te­na­riat construit et col­la­bo­ra­tif peut per­mettre de mettre en place de meilleures condi­tions d’accès à la struc­ture notam­ment en ins­tau­rant des tarifs spé­ci­fiques pour ces publics mais aus­si en per­met­tant l’accès à des temps dédiés à la décou­verte de nou­velles esthé­tiques musi­cales ou à l’initiation à cer­taines pra­tiques artis­tiques.

Des tarifs réduits sont mis en place sur des concerts ciblés. Une pré­sen­ta­tion de la pro­gram­ma­tion est pré­vue à chaque début de tri­mestre, elle s’adresse aux agents de déve­lop­pe­ment en charge de la culture sur les centres socio-cultu­rels CAF et a pour objec­tif de pré­sen­ter en détail les dates de concert pres­sen­ties afin d’optimiser la com­mu­ni­ca­tion auprès des publics.

Des temps de média­tion repo­sant sur des confé­rences, ate­liers ini­tia­tions, concerts péda­go­giques, goû­ters-concert, ren­contres en stu­dios ou sur des temps de rési­dences, sont mis en place à des­ti­na­tion du grand public et pro­po­sés conjoin­te­ment aux publics éloi­gnés de la culture afin de favo­ri­ser la mixi­té sociale. Un cycle de confé­rences ani­més avec extraits audio et vidéo a éga­le­ment été mis en place à des­ti­na­tion exclu­sive des publics éloi­gnés de la culture, finan­cés par la CAF. Ces confé­rences per­mettent de décou­vrir cer­taines esthé­tiques musi­cales et favo­risent l’échange avec des artistes ou pro­fes­sion­nels du spec­tacle.

Le projet RéUnisSon

Ce pro­jet mis en place en par­te­na­riat avec la MJC du Che­min Vert a pour objec­tif de fédé­rer ado­les­cents et « anciens » des ate­liers hip-hop autour d’un pro­jet de créa­tion musi­cale. Il doit per­mettre aux publics jeunes de se ren­con­trer et de mener un tra­vail en com­mun autour de ce pro­jet artis­tique, de s’impliquer dans cha­cune des étapes du pro­ces­sus de créa­tion musi­cale.

Au-delà de la mixi­té et le décloi­son­ne­ment, ce pro­jet a pour objec­tif de res­pon­sa­bi­li­ser et d’autonomiser les par­ti­ci­pants, de les valo­ri­ser par le biais de créa­tions, d’amener ces publics à fré­quen­ter un éta­blis­se­ment cultu­rel et à uti­li­ser des outils numé­riques. On encou­rage les choix des par­ti­ci­pants pla­cés de fait comme acteurs du pro­jet et ame­nés à se construire une culture diver­si­fiée, à mener une réflexion autour de leurs pra­tiques cultu­relles, du sens des mots et des images au cœur des cultures urbaines.

Ce pro­jet a pour par­ti­cu­la­ri­té d’être ouvert à l’ensembles des struc­tures jeu­nesses et à cer­taines struc­tures médi­co-édu­ca­tives et per­met donc de tou­cher l’ensemble des publics jeunes qui ont ain­si l’opportunité de se ren­con­trer, de mener un tra­vail col­lec­tif et de faire preuve de res­pect, d’écoute et d’entraide

Cargö Cult’, la restitution annuelle

Afin de mettre en valeur le tra­vail et l’investissement des publics et des artistes asso­ciés aux pro­jets, un temps de res­ti­tu­tion est pro­po­sé en fin de sai­son. Ouvert au public fami­lial, aux accom­pa­gnants des pro­jets dans les struc­tures, à l’ensemble des publics sco­laires des éta­blis­se­ments ou struc­tures jeu­nesses mais aus­si au tout public, cet évé­ne­ment fédé­ra­teur faci­lite la ren­contre entre éta­blis­se­ments ou struc­tures, il per­met le croi­se­ment des publics du ter­ri­toire. Ce pro­jet fédé­ra­teur repré­sente pour les par­ti­ci­pants l’aboutissement d’un pro­ces­sus de créa­tion, d’un tra­vail mené en com­mun et par­ta­gé col­lec­ti­ve­ment aus­si sur scène, il favo­rise l’entraide et la soli­da­ri­té, l’écoute et le res­pect des autres.

Le Cargö utilise des cookies pour vous offrir une belle expérience utilisateur et mesurer l’audience. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies dans les conditions prévues par notre politique de confidentialité.