Alain Chamfort

Concert

Point d’orgue à une carrière dis­co­gra­phique démarrée il y a un peu plus de 50 ans, le der­nier album d’A­lain Cham­fort “L’Impermanence” res­semble à une œuvre majeure. Pro­fonde. Poi­gnante. Interprète un peu malgré lui, ce com­po­si­teur d’exception a tou­jours ins­piré les grands auteurs à tra­vers les décennies. 

De Serge Gains­bourg à Pierre-Domi­nique Bur­gaud (dont l’écriture atteint ici des cimes peu fréquentées) en pas­sant par Jacques Duval (qui signe avec “Tout s’arrange à la fin” un retour inat­ten­du), on est au fond en droit de se deman­der qui aura “ins­piré l’autre” ?

Sébastien Tel­lier offre à cet album le désabusé “Whis­ky Glace”, fruit d’une col­la­bo­ra­tion dont on retrouve par ailleurs l’intégralité sur un EP, sor­ti en février der­nier. À l’heure où l’on est sub­mergé par “tant de quan­tité, si peu de Ran­dy New­man” (“Vanité vanité”), Alain Cham­fort livre ici un album tel un acte de cou­rage, un pied de nez à l’époque.

Car ici, le moindre mot, la moindre note, le moindre son ne sont pas nés… 

Médias

Le Cargö utilise des cookies pour vous offrir une belle expérience utilisateur et mesurer l’audience. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies dans les conditions prévues par notre politique de confidentialité.