Journal Actualité

Report – Retour sur une semaine bouillante au Cargö

Entre le 7 et le 10 novembre der­nier, Le Cargö a trem­blé, dan­sé, sou­ri et vécu en syner­gie avec son public pen­dant trois soi­rées mémo­rables. Retour sur des moments inou­bliables. 

Orages électriques et chaleurs tropicales

Si la Grande salle du Cargö attire plus faci­le­ment les regards, au vu des grands noms qu’elle peut accueillir, le Club est un lieu de vie et de par­tage qui n’est pas moins impor­tant que sa grande soeur. Les trois concerts qui ont occu­pé la semaine du 4 novembre 2019 en sont un témoi­gnage vivace.

Tout com­mence le jeu­di 7 novembre avec un pla­teau réso­lu­ment tour­né vers le rock. Les Nan­tais d’Only Sighs ouvrent le bal pour leur pre­mier concert loin du ber­cail. Un Nü-Noize (pour les citer) puis­sant et décom­plexé qui brasse large, de Nir­va­na à Korn et pas­sant par nombre d’in­fluences plus contem­po­raines. Le public est là et encou­rage le groupe comme s’il sor­tait d’une énorme tour­née. Même bien­veillance pour Madam, groupe 100% fémi­nin de Tou­louse, qui joue­ra la carte de l’éner­gie en atten­dant la claque de la soi­rée. The Psy­cho­tic Monks déroulent pen­dant une bonne heure et quart une transe élec­trique assez ahu­ris­sante. Les quatre jeunes musi­ciens sont comme pos­sé­dés et leurs ombres deviennent furies dans les lumières blanches des stro­bo­scopes. L’un des meilleurs groupes de rock en France aujourd’­hui pour un public visi­ble­ment conquis.

Deux jours plus tard, c’est Kike­sa qui habite le Club, plein comme un oeuf. Devant un par­terre de fans, tout acquis à sa cause, le jeune rap­peur déchaine les pas­sions à coup de tubes. Tout le monde chante à s’en décol­ler la mâchoire et le sol se fait tram­po­line géant quand il n’ac­cueille pas des pogos bien­veillants.

Enfin, la magni­fique cerise sur le gâteau se tenait le dimanche 10 novembre. Veille de jour férié, le Cargö avait pré­vu une fête. Il l’a eu. Dès les pre­mières notes de transe châa­bi de Taxi Kebab, le public atten­tif s’im­prègne de mélo­dies chaudes qui seront le fil conduc­teur de la soi­rée. La suite est un moment de par­tage assez dif­fi­cile à décrire. Que ça soit sur le set ultra-effi­cace de Sou­leance et sa beat music cha­lou­pée, sur le dis­co psy­ché­dé­lique et tro­pi­cal des géniaux Maus­ko­vic Dance Band ou encore sur le DJ Set impa­rable de XXXIII, le Club se trans­forme en un dan­ce­floor dopé aux sou­rires, aux hanches décro­chées et aux embras­sades de joie. Un pla­teau artis­tique cohé­rent et qui a tenu toutes ses pro­messes pour nous offrir un des plus beaux sou­ve­nirs de ces der­nières années. Une soi­rée magique, grâce à vous, que l’on n’ou­blie­ra pas de sitôt. Vive­ment la suite !

Cré­dit pho­tos : Le Pho­to­graphe du Dimanche

Le Cargö utilise des cookies pour vous offrir une belle expérience utilisateur et mesurer l’audience. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies dans les conditions prévues par notre politique de confidentialité.