Journal Actualité

Communiqué – Acteurs du monde de l’art et de la culture

À l’heure où dif­fé­rentes annonces se suc­cèdent sans appor­ter plus de réponses concrètes et de lisi­bi­li­té vis-à-vis, en par­ti­cu­lier de l’ou­ver­ture des lieux de spec­tacle (en juin ? en juillet ? en sep­tembre ?), alors que d’autres mani­fes­ta­tions le seraient très rapi­de­ment, où la Fête de la musique pour­rait se dérou­ler, nous sou­hai­tons par­ta­ger avec vous ce com­mu­ni­qué de l’U­FISC dans lequel nous nous recon­nais­sons et qui tra­duit les inquié­tudes et les réa­li­tés qui tra­versent le sec­teur cultu­rel.

Depuis les pre­mières res­tric­tions d’activité des salles de spec­tacle, le 9 mars, les annonces pré­si­den­tielles et gou­ver­ne­men­tales concer­nant les acti­vi­tés artis­tiques et cultu­relles s’en­chaînent de manière erra­tique.

Com­ment peut-on affir­mer le 16 avril que de « petits fes­ti­vals » pour­raient se tenir à par­tir du 11 mai, comme si ces mil­liers d’événements étaient en mesure de s’a­dap­ter d’un jour à l’autre à de nou­velles condi­tions d’ac­cueil, alors qu’aujourd’hui la qua­si-tota­li­té des fes­ti­vals d’été est annu­lée et que les fes­ti­vals d’au­tomne n’ont à ce jour aucune visi­bi­li­té quant aux condi­tions de leur tenue ?

Com­ment peut-on annon­cer le 15 mai que la Fête de la musique aura bien lieu, que les parcs à thèmes et les lieux de cultes rouvrent, alors que l’ensemble de nos éta­blis­se­ments sont fer­més au public, qu’aucun ate­lier de pra­tiques artis­tiques de proxi­mi­té n’est auto­ri­sé, qu’aucune équipe artis­tique n’a pu réel­le­ment reprendre son acti­vi­té, et que la plu­part des salles de spec­tacle ou de concert n’envisagent aucune reprise pos­sible de la dif­fu­sion avant jan­vier 2021 ? 

Com­ment peut-on inter­dire les évé­ne­ments de plus de 5.000 per­sonnes jusqu’au 1er sep­tembre, les regrou­pe­ments de plus de 10 per­sonnes jusqu’au 2 juin, sans limi­ta­tions inter­mé­diaires à venir, et rou­vrir le Puy du Fou ?

Com­ment peut-on faire de telles annonces alors qu’elles sont en totale contra­dic­tion avec les pro­to­coles sani­taires pro­mus par le minis­tère de la Culture pour l’ensemble des pra­tiques artis­tiques et cultu­relles, pour la tenue des fes­ti­vals et la réou­ver­ture des lieux au public ?

Com­ment peut-on être autant décon­nec­té de nos réa­li­tés pro­fes­sion­nelles, de nos calen­driers, de nos outils de tra­vail ?

Com­ment peut-on annon­cer le 6 mai des mesures pour la culture (pro­lon­ga­tion des droits pour les inter­mit­tents du spec­tacle, com­mandes publiques mas­sives pour les créa­teurs, fonds fes­ti­vals…) et n’en n’avoir, trois semaines après, aucune tra­duc­tion concrète ?

Com­ment peut-on « refon­der une ambi­tion cultu­relle pour la France » en « libé­rant les éner­gies créa­trices et en don­nant aux artistes confiance et visi­bi­li­té » sans qu’au­cune mesure sérieuse de poli­tique publique ne soit prise ?

Com­ment peut-on annon­cer pour le sec­teur cultu­rel 50 mil­lions d’euros par-ci, 5 mil­lions par-là, alors que le tou­risme, for­te­ment dépen­dant de nos acti­vi­tés, se voit pro­po­ser une enve­loppe de 18 mil­liards ? 

Com­ment peut-on si peu connaître les domaines de la culture qui sont faits de pro­fes­sion­nels, orga­ni­sés et struc­tu­rés ? Com­ment peut-on nous trai­ter comme des amu­seurs publics, des his­trions égo­cen­triques vivant par et pour leur pas­sion, alors que nos acti­vi­tés ont un poids éco­no­mique direct de 47,5 mil­liards d’euros, soit 2,2 % de l’économie fran­çaise et concernent 2,4 % de sa popu­la­tion active ?

Com­ment peut-on tenir aus­si peu compte des arts et de la culture, quand ils s’appuient sur les droits humains fon­da­men­taux et reven­diquent l’émancipation des per­sonnes et le déve­lop­pe­ment de leurs capa­ci­tés ? Com­ment peut-on pri­vi­lé­gier la ren­ta­bi­li­té éco­no­mique et les seules indus­tries au détri­ment de la mul­ti­pli­ci­té des forces citoyennes au ser­vice de l’intérêt géné­ral ? 

Vos annonces dis­til­lées au compte-goutte, contra­dic­toires et inco­hé­rentes épuisent les acteurs, ajoutent de la confu­sion à la situa­tion, de la déses­pé­rance à la fra­gi­li­sa­tion.

Sou­hai­tez-vous vrai­ment que le monde des arts et de la culture sorte de cette crise ? Alors, faites-le avec nous, pas contre nous !

Les signa­taires

  • ACTES IF – Réseau soli­daire de lieux cultu­rels fran­ci­liens
  • AJC - Asso­cia­tion Jaz­zé Croi­sé
  • CITI - Centre Inter­na­tio­nal pour les Théâtres Iti­né­rants
  • FAMDT – Fédé­ra­tion des acteurs et Actrices de Musiques et Danses Tra­di­tion­nelles
  • FEDELIMA – Fédé­ra­tion de lieux de musiques actuelles
  • FERAROCK – Fédé­ra­tion des Radios Asso­cia­tives Musiques actuelles
  • La Fédé­ra­tion de l’Art Urbain
  • FNAR – Fédé­ra­tion natio­nale des arts de la rue
  • FNEIJMA – Fédé­ra­tion Natio­nale des Ecoles d’Influence Jazz et Musiques actuelles
  • France Fes­ti­vals - Fédé­ra­tion des fes­ti­vals de musique et du spec­tacle vivant
  • FRACA-MA – Pôle région Centre-Val de Loire musiques actuelles
  • GRAND BUREAU – Réseau musiques actuelles Auvergne-Rhône-Alpes
  • OPALE – Orga­ni­sa­tion pour Pro­jets Alter­na­tifs d’En­tre­prise
  • OCTOPUS – Fédé­ra­tion des Musiques Actuelles en Occi­ta­nie
  • PAM - Pôle de coopé­ra­tion des Acteurs de la filière Musi­cale en Région Sud
  • Le Pôle – Pôle de coopé­ra­tion des acteurs pour les musiques actuelles en Pays de la Loire
  • Pôle Nord, fédé­ra­tion régio­nale des arts de la rue et de l’espace public en Hauts-de-France
  • RIF – Réseau des Musiques Actuelles en Ile-de-France
  • RIM – Réseau des indé­pen­dants de la musique
  • Le Réseau Musiques Actuelles Grand Est
  • SCC – Syn­di­cat des Com­pa­gnies et Cirque de Créa­tion
  • SMA - Syn­di­cat des Musiques Actuelles
  • SYNAVI – Syn­di­cat natio­nal des arts vivants
  • THEMAA – Asso­cia­tion Natio­nale des Théâtres de Marion­nettes et des Arts asso­ciés
  • UFISC – Union Fédé­rale d’In­ter­ven­tion des Struc­tures Cultu­relle
  • ZONE FRANCHE – Réseau des musiques du monde

Le Cargö utilise des cookies pour vous offrir une belle expérience utilisateur et mesurer l’audience. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies dans les conditions prévues par notre politique de confidentialité.